filago.ch

Groupe d'étude floristique du Jura et du Jura bernois

        Le magazine

  Pineraie de montagne à Lycopodes
ou
Pineraie des crêtes
(Lycopodio-Mugetum = Huperzio-Pinetum uncinatae)

« La pineraie des crêtes s’agrippe aux sols recouverts d’une forte couche d’humus brut des arêtes rocheuses balayées par le vent de l’étage montagnard. Elle est strictement localisée à l’exposition nord ». - Max Moor, 1955

Pineraie Pineraie
Où se cachent-elles, ces pineraies des crêtes ?

Eh bien, chers lecteurs, pour les visiter… il faut les mériter ! Plusieurs heures de marche vous seront nécessaires pour les atteindre :

Crêt-de-la-Neige (Ain, France), plus haut sommet de la chaîne jurassienne avec ses 1720 m d’altitude ; Mont-d’Or (France), 1463 m ; Dent-de-Vaulion VD, 1483 m ; Creux-du-Van (Dos-d’Ane) NE, 1342 m ; Hasenmatt SO, 1445 m.

Mais avant de vous « mettre l’eau à la bouche » avec le Lycopodio-Mugetum faisons un petit tour d’horizon des pinèdes accrochées aux rochers de notre Chaîne jurassienne :

  1. Pineraie ou pinède à Coronille Coronillo-Pinetum (croupes rocheuses calcaires ensoleillées avec comme arbres le Pin sylvestre Pinus sylvestris jusqu’à 1000 m d’altitude - remplacé au-dessus par le Pin à crochet Pinus mugo ssp. uncinata - et l’Alouchier Sorbus aria, arbres atteignant à peine 5 m de hauteur ; parmi les herbes, une espèce y trouve son optimum écologique : la Coronille engainante Coronilla vaginalis, caractéristique d’Association).
  2. Pineraie à Bellidiastre Bellidiastro-Pinetum = Asteri bellidiastri-Pinetum uncinatae (remplace la pinède à Coronille sur les flancs nord et les mêmes sols rocheux, avec Pinus sylvestris et Pinus mugo ssp. uncinata comme espèces vicariantes d’altitude ; le Bellidiastre de Micheli Bellidiastrum michelii, de son nouveau nom Aster bellidiastrum Fausse Pâquerette, trouvant ici son optimum écologique).
  3. Pineraie de montagne à Lycopodes Lycopodio-Mugetum = Huperzio-Pinetum uncinatae (voir détails ci-dessous)

    Non présente dans le canton du Jura et le Jura bernois
Crêt-de-la-Neige (Ain, F) Pour s’y rendre : route de la Vallée de Joux, puis, sur sol français : Bois-d’Amont – La Cure – Mijoux – Lélex (vallée baignée par La Valserine). A Lélex, 900 m d’altitude, un télésiège vous conduira déjà à 1400 m d’altitude. A la station supérieure des Loges, prendre le chemin direction sud-ouest en passant par La Loge (1437 m), Brulat-d’en-Haut (1500 m), et, si vous ne trouvez pas Le Crêt-de-la-Neige (1720 m), c’est à désespérer de tout. Dans ce cas, mais dans ce cas seulement, allez à Genève, suivez les quais jusqu’au jet d’eau (c’est tout plat)… et de là vous apercevrez le Crêt-de-la-Neige en regardant au-delà de la ville en direction NWW (le sommet reste longtemps couvert de neige à la fin de l’hiver, alors que le printemps est déjà bien installé à Genève) !


Relevés botaniques (Lycopodio-Mugetum ou Huperzio-Pinetum uncinatae)

Lieu : Crêt-de-la-Neige (Ain, France) / 12 km au NWW de Genève

Botanistes :Jean-Louis RichardClaude Béguin
Cours universitaireStage d’été du corps enseignant suisse Pineraie Pineraie Pineraie Pineraie
Dates :02.07.197217.07.1980
Altitude : 1560 m 1570 m
Sol : a) humus brut en surface, sur 20 cm : pH 4; la décomposition se fait mala) humus brut: pH 3,9 idem
b) terre noire à pH 7 continuant dans les fentesb) idem
Sous-sol :roche calcaire très dure ne produisant pas d’argilecalcaire caillouteux
Exposition :NNNW
Pente :50o25o
Aire :100 m2100 m2
Arbres
Hauteur :1-8 m4 m
Recouvrement40 %5 %
Pinus mugo ssp. uncinata3.22.2
Sorbus chamaemespilus1.2.
Sorbus aucuparia+.
Sorbus mougeoti+.
Salix grandifolia+ .
Picea abiesr.
Arbustes, arbrisseaux
Hauteur :30-50 cm30-50 cm
Recouvrement :50 %60 %
Rhododendron ferrugineum3.33.1
Vaccinium myrtillus2.23.3
Vaccinium vitis-ideae1.22.2
Vaccinium uliginosum+4.5
Empetrum hermaphroditum2.2.
Sorbus aucuparia.+
Sorbus chamaemespilus.+
Picea abies.+0
Juniperus nana.+0
Strate herbacée
Hauteur :5-30 cm5-30 cm
Recouvrement :60 %45 %
Lycopodium annotinum3.43.4
Huperzia selago (= Lycopodium selago)+.2+.2
Empetrum nigrum ssp. hermaphroditum+.2+.2
Salix retusa+.2 +
Carex sempervirens ro1.2
Carex ornithopoda .+.2
Sesleria caerulea +o1.2
Luzula sylvatica + .
Melampyrum sylvaticum + +
Orthilia secunda = Pyrola secunda +1.3
Pyrola minor + .
Homogyne alpina +1.1
Soldanella alpina + +
Listera cordata + .
Galium pumilum r .
Pritzelago alpina (= Hutchinsia alpina) .1.2
Dryas octopetala .1.3
Saxifraga rotundifolia . +
Bartsia alpina . +
Polygonum viviparum . +
Hieracium murorum . r
Potentilla erecta . r
Pinguicula alpina .+.2
Lichens et Mousses (ensemble, taux de recouvrement : 80 %)
Lichens
Cladonia gracilis ssp. elongata+.2Présence de lichens
Cladonia rangiferina1.2
Cladonia sp. +
Cetraria islandica2.2
Mousses
Sphagnum acutifolium3.3Présence de mousses
Pleurozium schreberi3.3
Dicranum scoparium1.2
Polytrichum formosum (= P. attenuatum)1.2
Hylocomium splendens1.2
Rhytidiadelphus loreus+.2
Rhytidiadelphus triquetrus+.2
Pineraie Commentaires
  1. Le relevé de J.-L. Richard représente un individu typique de la pinède des crêtes. Les espèces caractéristiques de l’Association (soulignées dans la liste) sont : Rhododendron ferrugineum, Empetrum nigrum ssp. hermaphroditum et Huperzia selago = Lycopodium selago. Rappelons que l’on appelle espèce caractéristique une plante qui a son optimum écologique dans un groupement végétal.
  2. Ce sont les mousses et les lichens qui forment le biotope.
  3. La pinède des crêtes occupe les stations froides, humides, fraîches : longue durée d’enneigement ; le sol et le sous-sol sont souvent gelés, même au mois d’août ! Dans la Chaîne jurassienne, le Lycopodio-Mugetum est la dernière station en altitude qu’un arbre puisse encore coloniser dans la zone de combat contre le vent et le froid.
  4. Tous ces facteurs limitent non seulement la croissance des arbres, mais également le nombre d’espèces. De plus, la période de végétation relativement courte sur les versants nord, 3 à 4 mois, implique l’élimination de l’Epicéa, ou, s’il arrive à s’installer, il apparaît sous forme rabougrie.
  5. L’acidité des sols limite également le nombre des espèces.
  6. On peut s’étonner de trouver une flore acidophile sur roches calcaires dans le Jura… Les lichens et les mousses, d’abord, les plantes acidophiles ensuite, forment un manchon isolant la végétation de surface du sous-sol calcaire. Et cette végétation ne reçoit que de l’eau de pluie, d’où une acidification en surface. Il n’est donc pas étonnant du tout de trouver dans ces stations un cortège de plantes acidophiles telles que : le Rhododendron ferrugineux (Rhododendron ferrugineum), des Lycopodes (Huperzia selago et Lycopodium annotinum), des Airelles (Vaccinium sp.), la Luzule des bois (Luzula sylvatica), la Camarine (Empetrum nigrum ssp. hermaphroditum), le Mélampyre des bois (Melampyrum sylvaticum), des Pyroles (Orthilia secunda et Pyrola minor), la Potentille dressée (Potentilla erecta), la Listère cordée (Listera cordata), etc.
  7. La neige appuie de tout son poids sur la végétation, ce qui explique le nombre relativement grand d’arbres couchés.
  8. Les photos en noir et blanc qui illustrent cette petite étude ont été prises par votre serviteur lors de l’excursion conduite par Claude Béguin en 1980 ; celle en couleurs est due au talent de Denise Primault. Pineraie
  9. Le lecteur curieux trouvera dans l’étude de Jean-Louis Richard « Les forêts acidophiles du Jura », 1961, tous les secrets concernant la Pinède des crêtes. Il sera convaincu alors que c’est au Crêt-de-la-Neige qu’il doit aller en priorité pour y trouver les plus beaux exemples de Pinèdes des crêtes de la Chaîne jurassienne.


Bibliographie
  1. Les forêts acidophiles du Jura
    Etude phytosociologique et écologique
    Jean-Louis Richard
    Ed. Hans Huber, Berne, 164 pages, 1961
  2. La végétation des crêtes rocheuses du Jura
    Jean-Louis Richard
    Institut de Botanique de l’Université de Neuchâtel, 1971
    Ber. Schweizer. Bot. Ges. 82 (1), 68-112 (1972)
  3. Mémoires
    Heinz Ellenberg und Frank Klötzli
    Institut Suisse de recherches forestières, 1983
  4. Stations forestières du canton du Jura et du Jura bernois
    2 volumes avec clé de détermination
    Plusieurs auteurs
    Service et Office des forêts du canton du Jura et du Jura bernois, 1998 Pineraie
  5. Moosflora
    J.-P. Frahm et W. Frey
    Avec 108 tableaux (dessins de J. Döring)
    Verlag Eugen Ulmer, Stuttgart, 522 pages, 1983
  6. Guide des Fougères, Mousses et Lichens d’Europe
    H.-M. Jahns
    Roger Miesch, traduction française
    Ed. Delachaux & Niestlé, 258 pages, 658 illustrations en couleurs, 1989
  7. Carnets de notes personnelles
    Eric Grossenbacher
    a) relevé botanique du 02.07.1972
    b) idem, du 17.07.1980
  8. Carte (pour le Crêt de la Neige) : Gex, No 1280, 1 : 25’000

Remerciements

  • Jean-Louis Richard (1921-2009), Uni de Neuchâtel
  • Claude Béguin, Chaumont
  • Max Moor (1911-1988), Bâle
  • Denise Primault, Bienne
  • Philippe Druart, La Chaux-de-Fonds


Eric Grossenbacher, La Neuveville, mars 2010
eric_grossenbacher@bluewin.ch

© Groupe d'étude floristique du Jura et du Jura bernois 2010
Dernière mise à jour: 23 mars 2011
Auteurs du site: Philippe Juillerat et Marc Jeannerat